Kindernothilfe - Haiti

Rebâtissons Haiti avec les enfants

Kindernothilfe en:

Notre Vision

KNH-HAITI KNH-H contribue à la réduction de la pauvreté infantile et au respect des droits de l‘enfant en Haïti.

Notre Mission

KNH-H renforce les droits de l‘enfant et travaille de manière holistique á l'amélioration des conditions de vie des enfants, de leurs familles et de leurs communautés.

Suivez nous sur:
L'ARMÉE DU SALUT

L’armée du Salut a été fondée par William Booth en Angleterre en 1965, lors des années difficiles du développement industriel. Depuis plus de 60 ans, dès 1950, l’Armée du Salut a pris pied en Haïti, développant son œuvre sur le plan spirituel et social en créant des églises, des écoles, des orphelinats et des centre de santé.
Aujourd’hui, l’Armée du Salut dirige plus de 60 églises, 48 écoles avec 11'000 élèves, un orphelinat, un hôpital et une clinique. Le message de l'Armée du salut se fonde sur la Bible. Sa mission consiste à annoncer l'Évangile de Jésus-Christ et à soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.  Son œuvre sociale a pris racine dans le message de l’Evangile.

Actuellement, l’Armée du Salut est active dans plus de 126 pays dans le monde.

Le Collège Verena Delmas
Le Collège Véréna est la plus grande école de l ’Armée du Salut en Haïti, instruisant 1550 élèves du Kindergarten à la Philo à Delmas 2 et 300 élèves du Kindergarten à la 6e AF dans l’annexe à Fort National. Ces deux quartiers sont deux des quartiers les plus défavorisés de Port-au-Prince. Grâce au travail accompli au Collège Véréna depuis 1968, des milliers d’enfants démunis ont pu obtenir une éducation de valeur et ont réussi à briser le cercle vicieux de la pauvreté. On trouve aujourd’hui des infirmières, policiers, docteurs, avocats, professeurs, en Haïti et à l’étranger qui sont d’anciens élèves du Collège Véréna. Tous peuvent témoigner que sans l’Armée du Salut, ils ne seraient pas ce qu’ils sont.
Depuis 30 ans, le Collège Véréna est supporté financièrement par la KINDERNOTHILFE, pour le budget annuel comportant les salaires de tous les employés, les frais du matériel scolaire, la maintenance, une partie de la nourriture. La banque mondiale nous offre depuis 1986 la nourriture de base pour les élèves primaires.

Le collège Véréna comporte deux écoles. L’école « mère » à Delmas 2 et l’annexe à Fort National.

A. Collège Véréna à Delmas 2

Les classes sont réparties ainsi :

5 classes préscolaires
18 classes primaires (3 de chaque niveau
12 classes secondaires
2 classes d’intégration

La construction du nouveau Collège Verena de Delmas 2 est appuyée par KNH via un financement de REWE, elle comprendra des bâtiments séparés en école préscolaire, école primaire, école secondaire, deux réfectoires avec cuisine, un bâtiment administratif, un bâtiment de salles spéciales (informatique, laboratoire de chimie, bibliothèque, travaux manuels), un auditorium et un terrain de sport. Cette nouvelle infrastructure va nous permettre d’améliorer considérablement les conditions d’enseignement et d’offrir une éducation de qualité à nos élèves.

 

B. Collège Véréna à Fort National

Depuis le séisme du 12 janvier 2010 qui a détruit le bâtiment logeant les enfants à l'impasse Terrasse Fort National, les élèves  suivaient des cours dans les locaux provisoires de Delmas 2. Mais depuis Octobre 2012, les 3 classes du préscolaire et la 1ère année fondamentale ont pu reprendre place dans les hangars construits par KNH-H. et les classes de 2e, 3e et 4e années primaires les ont rejoint en octobre 2014.

Le programme de l’école comporte :

  • Les classes préscolaires

Les enfants commencent si possible l’école à 3 ans et suivent l’école maternelle (nommée en Haïti le « Kindergarten ») pendant une période de 3 ans. Ceci est important ici, car les enfants défavorisés ne sont absolument pas considérés à la maison, ils n’ont malheureusement aucune possibilité de développer leurs facultés de langage (leur langue maternelle est le créole) et leur facultés cognitives, car les mamans sont le plus souvent occupées à rechercher des moyens de survivre et ne savent pas qu’il faudrait raconter des histoires aux enfants et jouer avec eux…

  • Les classes primaires

Les enfants suivent ensuite les 6 classes primaires d’après le programme du ministère de l’éducation du gouvernement haïtien. L’enseignement est donné en deux langues, le créole et le français. Les classes primaires se terminent par le certificat officiel du gouvernement à la fin de la 6e année.

  • Les classes secondaires

Les classes de 7e à 9e comptent comme classes fondamentales, donc obligatoires. Mais nombreux sont les enfants en Haïti qui ne les suivent pas… Après un examen officiel à la fin de la 9e, les élèves peuvent soit suivre une école professionnelle, soit continuer le cycle qui les mènera au baccalauréat. Nous sommes très fiers de nos élèves, car certains réussissent ensuite l’examen d’entrée pour une faculté de l’Etat, ce qui est un grand honneur.

  • Les classes d’intégration

L'école est munie d'une classe d'intégration en vue d'assurer une éducation inclusive aux enfants en situations difficiles et en domesticité. Nous intégrons des enfants n’ayant jamais pu suivre l’école. Ils peuvent avoir jusqu’à 12 ans. Pour eux, la vie scolaire demande une grande adaptation, mais l’adaptation des instituteurs n’est pas moindre, car ils doivent offrir une éducation complète et non seulement cognitive ! L’enseignement du savoir-vivre, de la santé et de l’hygiène fait partie du programme hebdomadaire.

  • La formation professionnelle

Nous avons pu mettre sur pied pour nos élèves un programme de formation professionnelle comme jardiniers ayant lieu le samedi. Ils peuvent donc le suivre parallèlement aux cours. Mais bien d’autres programmes, tels que l’informatique, la bibliothèque, le journal, etc., les préparent à la vie professionnelle.